Les réponses du G20 commencent à apparaître. Les leaders économiques mondiaux les plus importants et influents ont fixé une échéance pour la mise en œuvre d’une série de lois concernant l’utilisation de la cryptomonnaie.

L’annonce a été faite hier, 20 mars 2018 après une réunion officielle du G20, qui s’est tenue à Buenos Aires. Avec les administrateurs de la Banque centrale de l’Argentine, les pays sont parvenus à une entente commune. Ils ont tous convenu que l’utilisation des pièces numériques doit être fortement contrôlée et qu’elles devraient être réglementées.

Lors d’une conférence de presse, le directeur de la Banque centrale d’Argentine, Frederico Sturzenegger, a déclaré ceci:

En juillet, nous devons proposer des recommandations très concrètes et très précise, et non pas qu’est-ce que nous réglementons ? mais quelles sont les données dont nous avons besoin?

Le Brésil n’a pas l’intention de régulariser l’utilisation des cryptomonnaies.

Il convient de noter que tous les pays membres ne sont pas impliqués dans ce projet. Par exemple, le 19 mars 2018, le président de la Banque centrale du Brésil, Ilan Goldfajn, a annoncé qu’il n’imposerait pas de lois au Brésil concernant l’interdiction ou la restriction des actifs numériques, selon El Cronista. En outre, le pays ne sera pas soumis aux nouvelles lois publiées par le G20.

Le G20 appliquera les normes du Groupe d’action financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI)

Afin de mettre en œuvre le nouveau règlement, le G20 tiendra compte des normes du Groupe d’action financière (GAFI). Il s’agit d’un «organisme intergouvernemental» qui vise à éliminer toute possibilité de blanchiment d’argent ou d’autres actions frauduleuses à l’encontre des actifs numériques.

Dans le Communiqué de presse, publié par les ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales le 20 Mars 2018, G20 a écrit :

” Nous nous engageons à mettre en œuvre les normes du GAFI telles qu’elles s’appliquent aux actifs cryptographiques, attendons avec impatience l’examen de ces normes par le GAFI et invitons le GAFI à faire progresser la mise en œuvre mondiale. Nous appelons les organismes internationaux de normalisation (SSB) à poursuivre leur surveillance des crypto-actifs et de leurs risques, en fonction de leurs mandats, et à évaluer les réponses multilatérales si nécessaire. ”

La réunion des membres du G20 a été organisée principalement à la demande de la France, de l’Allemagne, de l’Amérique du Nord et du Japon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

sept + cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.