Financial Services Agency a créé cinq critères, qui devraient être appliqués à tous les échanges de crypto-monnaie, opérant au Japon

L’agence de services financiers du Japon (FSA) prévoit de renforcer les exigences pour les échanges locaux. Selon Nikkei, ceci est fait afin de réduire les risques d’attaques de pirates à grande échelle.

En janvier de cette année, Coincheck l’un des plus grands échanges de crypto-monnaie au Japon a été piraté. Une perte de plus de 440 millions d’euros en NEM. Depuis cet incident l’échange a depuis été acquis par une société de courtage en ligne « Monex Group ».

Le responsable de la FSA a expliqué que le nouveau processus d’enregistrement comprendrait désormais des visites préliminaires afin de vérifier le bon fonctionnement des échanges.

Les opérateurs d’échange qui s’inscrivent auprès du gouvernement devront désormais satisfaire cinq critères.

Les cinq critères:

  • Premièrement, les bourses seront obligées de respecter des normes de sécurité élevées. Ceux-ci comprennent l’inadmissibilité de stocker des actifs sur le portefeuille en ligne et l’authentification à deux facteurs.
  • Le deuxième critère constitue des mesures préventives de blanchiment d’argent. Les échanges devront ainsi vérifier l’identité des clients pour les transferts importants.
  • Troisièmement, la FSA exige que les échanges suivent les directives méthodologiques pour la gestion des actifs. Ainsi, les actifs des clients ne doivent pas chevaucher les propres actifs de l’entreprise. Les soldes sur les comptes des clients seront contrôlés quotidiennement par des échanges, ce qui devrait les aider à lutter contre la manipulation. En outre, les régulateurs veulent que les bourses utilisent des mécanismes qui ne permettent pas à leurs employés d’effectuer des transactions avec les actifs de leurs clients.
  • Quatrièmement, une attention toute particulière concernant les monnaies numériques anonyme. Particulièrement utilisées pour le blanchiment d’argent, toutes les plateformes d’échange qui utilise ce type de monnaie ne sont pas autorisés à fonctionner. C’est l’une des restrictions les plus importantes selon nous. Depuis maintenant plusieurs jours la FSA fait pression sur les échanges pour qu’ils retirent les pièces privées.
  • Et enfin cinquièmement, pour éviter toute manipulation, les procédures internes des échanges doivent être renforcées. Ainsi par ce biais la FSA souhaite avoir plus de clarté et de transparence. Les actionnaires et la direction devront être séparés. La gestion d’actifs sera également séparée des rôles de développement du système.

Ce Cadre s’applique à tous les échanges

Actuellement, 16 bourses de crypto-monnaie ont l’approbation et opèrent au Japon. Sept échanges sont autorisés à fonctionner en vertu de la loi pendant que leurs demandes soient examinées par l’agence.

Par ce biais la FSA va pouvoir procéder à une évaluation détaillée et ainsi identifier les risques potentiels. Ils ont également fait savoir que pour ceux ne voulant pas se conformer à ces cinq règles sont priés de quitter l’entreprise.

La FSA selon Nikkei devrait commencer à accepter de nouvelles demandes d’enregistrements pour les échanges au cours de l’été.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

2 × 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.