pixabay

Les médias traditionnels tels que financial Times et Quartz, affirment que l’Inde poursuit “agressivement” les détenteurs de crypto-monnaie afin d’appliquer la taxe, malgré la politique en place depuis décembre 2017.

Dans une série d’interprétations erronées des faits, autour du traitement de la crypto-monnaie, le gouvernement indien, multiple les publications, déclarant que, 100 000 investisseurs qui ont «manqué de payer des impôts» ont reçu des lettres exigeant le paiement de ce qu’ils doivent.

L’Inde a été un point clé pour les traders de Bitcoin ce mois-ci. Une mauvaise interprétation des médias du discours du ministre des finances Arun Jaitley, a suffi pour faire trembler les marchés. Les médias ont annoncé, à tort, que le pays “interdirait” le Bitcoin: Les conséquences ont été palpables sur la volatilité des cours.

La question de l’impôt est également débattue par la presse locale “La Trust of India” (PTI), qui a annoncé son intention de cibler les utilisateurs d’échange, représentant pas moins de 400.000 personnes pour les paiements d’impôts en décembre.

Les commentaires du président du conseil central des impôts le 6 février.

“Nous avons découvert qu’il n’y a pas de clarté sur les investissements effectués pour beaucoup de gens, ce qui signifie qu’ils ne l’ont pas déclaré correctement … nous avons informé tous les directeurs généraux de l’impôt sur le revenu en Inde. Ils émettent des avis et cela sera taxé »,

 

La soi-disant «agression» de la part des régulateurs, selon la PTI, n’affecte en outre que les personnes fortunées utilisant les échanges. Ce qui représente 25% de la base totale des utilisateurs.

Librement traduit: CoinTelegraph

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

2 + 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.