pixabay

Les médias traditionnels tels que financial Times et Quartz, affirment que l’Inde poursuit “agressivement” les détenteurs de crypto-monnaie afin d’appliquer la taxe, malgré la politique en place depuis décembre 2017.

Dans une série d’interprétations erronées des faits, autour du traitement de la crypto-monnaie, le gouvernement indien, multiple les publications, déclarant que, 100 000 investisseurs qui ont «manqué de payer des impôts» ont reçu des lettres exigeant le paiement de ce qu’ils doivent.

L’Inde a été un point clé pour les traders de Bitcoin ce mois-ci. Une mauvaise interprétation des médias du discours du ministre des finances Arun Jaitley, a suffi pour faire trembler les marchés. Les médias ont annoncé, à tort, que le pays “interdirait” le Bitcoin: Les conséquences ont été palpables sur la volatilité des cours.

La question de l’impôt est également débattue par la presse locale “La Trust of India” (PTI), qui a annoncé son intention de cibler les utilisateurs d’échange, représentant pas moins de 400.000 personnes pour les paiements d’impôts en décembre.

Les commentaires du président du conseil central des impôts le 6 février.

“Nous avons découvert qu’il n’y a pas de clarté sur les investissements effectués pour beaucoup de gens, ce qui signifie qu’ils ne l’ont pas déclaré correctement … nous avons informé tous les directeurs généraux de l’impôt sur le revenu en Inde. Ils émettent des avis et cela sera taxé »,

 

La soi-disant «agression» de la part des régulateurs, selon la PTI, n’affecte en outre que les personnes fortunées utilisant les échanges. Ce qui représente 25% de la base totale des utilisateurs.

Librement traduit: CoinTelegraph

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.