C’est l’un des lancements les plus populaires de l’industrie de la blockchain et de la cryptomonnaie. Sauf les retards de dernière minute, EOS devrait sortir son mainnet tant attendu demain.

L’objectif de la plateforme est de fournir des solutions décentralisées d’hébergement d’applications, de contrats intelligents et de stockage décentralisé qui résolvent les problèmes d’évolutivité de blockchains tels que Bitcoin et Ethereum.

Le jeton natif principal, EOS, est un jeton utilitaire qui fournit à la fois la bande passante et le stockage sur la blockchain, proportionnellement à l’enjeu total (posséder 1% de jetons EOS permet d’utiliser jusqu’à 1% de la bande passante totale disponible). Les jetons EOS permettent également au propriétaire de voter et de participer à la gouvernance en chaîne de la blockchain, toujours proportionnellement à la participation du propriétaire.

La blockchain EOS fonctionnera comme une blockchain de contrats intelligents, sur une preuve d’enjeu déléguée (dPOS), où 21 nœuds agissent comme des validateurs. Ces validateurs auront de grandes responsabilités et seront récompensés par des jetons EOS pour leur travail.

Mais pour quelle raison produire des blocs EOS ?

Les producteurs de blocs EOS seront les unités décentralisées qui seront élues pour gouverner le réseau EOS, à partir du lancement de son réseau principal. Comme son nom l’indique, les producteurs de blocs produisent les blocs de la blockchain EOS. Les producteurs sont alors responsables de la blockchain EOS, et cela rapporte beaucoup. Sur les 5% d’inflation qui se produit les producteurs de blocs récupèrent 1% environ en jeton EOS.

Cependant, ils peuvent garder en effet les jetons EOS mais seront incités à réinvestir leurs récompenses. Au total seulement 21 producteurs de bloc EOS peuvent être élus. Plus d’une centaine de candidats figurent sur la liste.

La première étape sera finie lorsque 150 millions de jetons EOS auront voté. Au départ 21 producteurs seront sélectionnés au hasard parmi la liste de candidats durant la période d’élection. Une fois le vote achevé, les nominés remplaceront les producteurs de bloc tirés au hasard.

Des problématiques ?

Les votes étant pondérés en fonction du nombre de jetons placés sur un candidat. Les producteurs de blocs EOS élus (ceux qui ont reçu le plus de votes) seront ceux qui produiront des blocs au moment du vote.

Les récompenses élevées créent une compétition concernant la gestion des nœuds. C’est donc devenu une nouvelle frontière d’une guerre économique géopolitique américano-chinoise.

Selon un article original chinois :

Sans le soutien de la communauté des développeurs, confrontés à la concurrence de la Corée, les supernodes EOS chinois ont inventé une nouvelle stratégie : l’achat de votes.

Nous vous invitons à lire l’article publié par Vitalik Buterin le créateur d’Ethereum sur son site internet. Il considère que cette gouvernance sera guidée par la ploutocratie. Pour comprendre rapidement c’est un régime politique où les plus riches sont au pouvoir. C’est donc un régime oligarchique qui sélectionne les décideurs sur le seul critère de leur richesse.

330.000 vulnérabilités EOS découvert par Qihoo 360

Le géant chinois de la sécurité Internet a affirmé que EOS a plus de 330.000 vulnérabilités qui pourraient mener à des attaques massives. Cependant, le développeur principal d’EOS, Daniel Larimer, a rapidement corrigé la vulnérabilité une fois que Qihoo 360 l’a mis au courant. L’équipe de développement a donc déclaré qu’il n’y avait aucune raison de retarder la sortie du logiciel.

Block.one CTO Daniel Larimer a lui-même offert 10.000$ à tous ceux qui peuvent trouver un bug.

Certains ont exprimé leurs doutes sur Twitter, y compris certains grands noms de la communauté crypto dont Charlie LEE.

Voici la liste complète des candidats à la production de blocs EOS.

Dernièrement Nick Szabo, que beaucoup pensent être le vrai Satoshi, n’a pas eu de mots gentils pour EOS. Il a qualifié sa constitution de “naïvement conçue” et de son code WET. Dans ses mots, il pense que EOS blockchain serait “laborieux”, plein de permissions et rigide en matière d’évolutivité.

Nous sommes heureux pour la communauté EOS en France. Le candidat « Franceos » représente la France. Née d’une collaboration entre le journalducoin & Bitconseil avec l’aide de la société de ADAPP qui s’est occupé de toute l’infrastructure du node.

Voir tous les détails ici.

Nous n’avons aucun partenariat mais approuvons la démarche et l’évolution de la blockchain en France.

Merci pour votre lecture ! prépares-toi au lancement du MainNet 😊

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

16 − 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.